Category Archives: Actualités Informatique

Actualités Informatique

03-2017 Infopolis Recrute un Développeur Web

 

Infopolis, est une société implantée à Toulouse depuis 2006, nous sommes spécialisés dans le Développement web sur mesure d’application mobile, site web, logiciel de gestion commerciale, interconnexion de systèmes d’information distincts…

Nous recherchons pour un de nos Clients basé en centre-ville de Toulouse, un(une)  Développeur Web pour intégrer une équipe de développeurs Front / Back End confirmés. Vous serez chargé(e) d’assurer les missions suivantes sans que la liste soit exhaustive :

-        Réalisation et évolutions de modules PHP

-        Élaboration de spécifications techniques

-        Développement et tests unitaires des nouveaux programmes informatiques

-        Intégration de charte graphique

-        Maintenance corrective

Vous interviendrez sur plusieurs domaines distincts :

-        Une plate-forme d’affiliation

-        Une flotte de sites internet, de landing page et de formulaires,

-        Un CRM de courtier en financement

De formation Bac+3 minimum, vous justifiez d’une expérience de Développement en environnement LAMP. (Les débutants sont acceptés, vous justifiez idéalement de 2 ans d’expérience).

Vous êtes dynamique, motivé, enthousiaste et maîtrisez les techniques de développement web ? ce job est fait pour vous.

Les environnements techniques de la plateforme de développement sont :
Linux, Apache, MySQL et PHP, JavaScript, Css, html, Java, Symfony 2, Git, WordPress

Si vous êtes disponible, partant pour cette aventure web, adressez-nous votre CV et votre lettre de motivation sans plus attendre à toulouse@infopolis.fr
Le poste en CDI est à pourvoir immédiatement.

Le nouveau défi de la cartographie

Google Maps VS Apple Maps

Google Maps VS Apple Maps

Google est actuellement le leader incontestable de la cartographie disponible sur téléphones et tablettes. La firme en est même au point de cartographier les fonds marins alors que ses concurrents tentent encore d’améliorer leur interface de cartographie terrestre.

Cependant, ces concurrents (Apple et Microsoft) ne se laissent plus distancer et se lancent tous les deux dans une course pour rattraper ce leader. De plus, on voit se dessiner un nouveau concurrent dans le paysage de la cartographie : Facebook.

Comprendre ce nouvel enjeu

Il faut savoir que la cartographie est un réel enjeu stratégique pour tout moteur de recherche, réseau social ou application de notre temps. Comme l’indique Rakesh Agrawal, consultant chez reDesign mobile, « Entre 30 % et 40 % des recherches effectuées sur son moteur [Google] se rapportent à des lieux ». Autrement dit, toutes ses activités liées à son moteur de recherche sont influencées par l’amélioration et le leadership de ses capacités de cartographie, à l’instar de la publicité. Cela nous donne alors une idée de l’importance de la cartographie à l’heure actuelle.

Microsoft et Bing Maps

Microsoft a amélioré son Bing Maps (Disponible en preview depuis Juillet dernier) en rajoutant une multitude de nouvelles fonctionnalités se rapprochant toutes (de façon logique) plus les unes que les autres de Google Maps: une interface nouvelle haute en couleurs et en informations, un nouveau calcul d’itinéraire qui cette fois prend en compte l’état de la circulation, ou encore de nouvelles vues proposées. Nouveaux également, la possibilité de partager un lieu ou un itinéraire par email et  l’affichage d’endroits stratégiques durant les longs trajets (station essence, hôtels…).

Pas encore disponible sur le marché, nous devrons encore attendre avant de pouvoir profiter de ces améliorations.

Nouveau Bing Maps

Nouveau Bing Maps

Apple et Plan

Au début largement en retard par rapport à Google et moqué pour les problèmes et imprécisions de son Apple Maps (erreurs qui ont même obligé Tim Cook à s’excuser publiquement), Apple se lance en ce début de mois dans la visite virtuelle (pour ne pas dire Street view) en envoyant dans plusieurs pays, dont la France, ses Google car. En effet, ces voitures équipées de caméras collecteront des informations sur la voie publique afin de concurrencer la Street View de Google.

Suite aux problèmes auxquels Google avait dû faire face, particulièrement pour intrusion dans la vie privée, Apple a pris ses précautions en affirmant que toutes les plaques d’immatriculations et tous les visages serraient floutés avant la mise en ligne des images collectées. Ce système sera-t-il bien mis en place et efficace, cela reste à prouver.

Bref, on observe une réelle motivation chez les concurrents de Google Maps qui tentent tant bien que mal de rattraper l’avance colossale de Google. Cependant, ce dernier ne risque pas encore d’être dépassé et peut jouir encore longtemps des bienfaits du leader sur ce domaine.

Facebook et Google, la guerre de l’Internet

Le drone développé par Facebook

Facebook a dévoilé Jeudi 30 Juillet dernier son avancée sur le projet Aquila, un drone de 42 mètres d’envergure et de 400kg supposé fournir  l’Internet aux endroits les plus éloignés.

Le drone développé par Facebook

Le drone développé par Facebook

Le projet Aquila

Développé par le Connectivity Lab de Facebook, un groupe de recherche formé en mars 2014, ce drone est un prototype fabriqué au Royaume-Uni résultat de 14 mois de travail. Le création de ce prototype naît chez Facebook d’un besoin de connecter le monde à l’Internet. En effet, comme l’explique Jay Parikh, vice président ingénierie infrastructure de Facebook,  beaucoup de personnes vivent dans des zones couvertes par la 3G au moins mais n’ont pas internet, et d’autres n’ont rien du tout.

Ce drone fonctionnant à l’énergie solaire est supposé une fois dans les airs  se connecter via un laser (une technologie aussi en développement par Facebook) au sol pour créer un « réseau stratosphérique ». Selon Facebook il peut rester jusqu’à trois mois dans les airs à une altitude entre 18 et 27 kilomètres et connecte à l’Internet une zone de diamètre 160 kilomètres. Grace au laser développé par l’équipe « Communication laser« , les données pourront être transmises à la vitesse de dizaines de Go par seconde, soit approximativement dix fois plus rapide que le standard de performance actuel.

Concepteur mais pas fournisseur

Il est cependant important de noter que Facebook ne veut pas devenir fournisseur de ces drones, mais veut plutôt fournir le fruit de son travail aux opérateurs internet, aux groupes aéronautiques ou encore aux gouvernements. Comme l’explique M.Parikh, le réseau social  » n’a pas vocation à devenir un fournisseur d’accès à Internet » et il [Le groupe] étudie « encore beaucoup d’options possibles. » En effet, Facebook travaille aussi notamment sur un projet de mini-satellites, et a lancé en mai dernier son initiative Internet.org en Inde.

Précurseur mais pas unique

Sur ce genre de projet Facebook n’est pas le seul à se lancer. En effet, Google est un concurrent de taille pour le réseau social de Mark Zuckerberg. Google travaille aussi sur la connexion internet, mais à partir de ballons d’hélium situés en haute altitude. Ce projet, appelé Loon, fait déjà l’objet d’un partenariat entre Google et le Sri Lanka.

Projet Loon de Google

Projet Loon de Google

Google travaille également sur la création de flottes de satellites et s’est associé en ce début d’année à la société SpaceX (dont elle a pris des parts au capital) dans le but de créer un maillage satellitaire.

Enfin, contrairement à Facebook, Google souhaite fabriquer et lancer lui même ses appareils, ce que laissaient suggérer les multiples acquisitions et rachats de la firme l’année dernière (Rachat du concepteur de drones Titan Aerospace et du fabricant de satellites Skybox notamment).

Ainsi, alors que les deux géants américains mettent en avant la dimension sociale de leurs projets : fournir l’Internet à la population mondiale, participer à la connexion des peuples et à leur développement… Il faut cependant garder en tête les intérêts commerciaux de ces deux firmes, et ce d’autant plus que le taux d’adoption d’Internet est en ralentissement, comme l’avoue M.Parikh.

 

Stagefright : une faille mystère

Logo Stagefright
Logo Stagefright

Logo Stagefright

C’est ce lundi 27 juillet que l’entreprise californienne Zimperium, spécialisée en sécurité informatique, a décidé d’annoncer une faille majeure contenue dans les téléphones mobiles de type Android.

La faille Stagefright

La faille, découverte par Joshua Drake, expert de Zimperium, se situe dans un des composants d’un logiciel développé par Google du même nom. Ce composant utilisé automatiquement par les utilisateurs permet aux téléphones et tablettes d’afficher photos et vidéos. Le problème vient de l’importance accordée à ce composant d’Android, qui lui confère de nombreuses autorisations, comme de se connecter à internet, ce qui élargirait d’autant plus la capacité d’actions de potentiels hackeurs.

Ainsi, la faille permettrait de pénétrer dans l’appareil Android grâce au simple envoi d’une photo, vidéo, ou lien infecté ; de plus il est possible que les hackers puissent prendre le contrôle du téléphone et infecte un à un tous les téléphones.

Pire encore, pas besoin d’ouvrir le document infecté pour être piraté, il suffit de le recevoir. Dès lors, malgré cette annonce, cette faille représente encore un risque énorme pour tous les utilisateurs d’Androids, d’autant plus qu’elle est présente dans toutes les versions du logiciel depuis la version 2,2 d’Android (2010). Le ratio de personnes susceptibles d’être victimes représente alors neuf téléphones Android sur dix. Il faut tout de même noter que plus les versions sont anciennes, plus le risque est grand.

Le casse-tête américain

Le problème auquel doit maintenant faire face Google est de résoudre cette faille le plus vite possible. Mais cela représente un réel défi pour le géant dans la mesure où les versions de bases proposées par Google à ses fabricants mobiles et autres collaborateurs sont souvent modifiées par ces derniers avant qu’ils ne les vendent. Conséquence ? En plus d’y avoir plusieurs versions à réparer, il faut aussi voir avec les fabricants et constructeurs pour réparer leurs update des versions Google. Il faudra alors être patient, car faire circuler ce type d’information au sein d’un écosystème comme celui de Google prend d’autant plus de temps…

Jusqu’ici, pas plus d’informations… il va falloir attendre la conférence de Zimperium début Aout pour avoir plus de détails sur les risques de cette faille, et peut-être les façons de la corriger.

Apple : des résultats trimestriels reflétant sa dépendance à l’Iphone

Apple Store

Ce mardi 21 Juillet ont été publiés les résultats de la firmes Apple qualifiés « d’extraordinaires » par Tim Cook, directeur général du groupe. Pourtant ce n’est pas le même sentiment ressenti côté Bourse, où son action chutait de 7%.

Comment comprendre cette opposition ?

 Il faut tout d’abord remarquer que le groupe a tout de même réalisé un deuxième trimestre au delà de ses espérances. Avec un chiffre d’affaires de 49,6 milliards de dollars, qui n’est certes pas son record mais tout de même encourageant, ajouté à une hausse de 37% sur un an des bénéfices nets alors de 10,7 milliards d’euros, Apple dépasse les attentes des analystes des financiers et justifie la qualification des résultats donnée par Tim Cook.

Comment expliquer alors le repli de la valeur de son action ? Et bien cela tient en très peu de choses : Pour commencer, de par son activité passé, Apple est devenue une des firmes avec laquelle les investisseurs sont les plus exigeants, attendant alors d’elle un dépassement des prédictions excessif, ce qui n’a pas été le cas ce trimestre.

De plus, les ventes des Iphones sont en baisse avec 47,5 millions d’unités écoulées contre 49 millions espérées. On voit alors se dessiner un épuisement de l’intérêt des Iphones, bien que M. Cook affirme que « l’Iphone a encore de très nombreuses années devant lui ».

Cette baisse aurait pu être compensée par les ventes d’un autre produit de la marque à la pomme, cependant les ventes des Ipads suivent le même schéma que celui des Iphones avec une chute de 23% des ventes en un an, passant alors de 16,35millions d’unités à 12,62 millions d’unités.

Seuls les Macs profitent d’un nombre de ventes en hausse ce trimestre, tandis que le nouveau produit, L’Apple Watch, déçoit. Les investisseurs comptaient sur celle-ci pour donner à la firme un nouveau souffle, pourtant, même si aucun chiffre n’a été donné par la firme à ce sujet, selon des estimations le chiffre d’affaire attribué à l’Apple Watch serait inférieur aux prédictions et aux attentes des investisseurs.

Graphique du CA d'Apple

Graphique du CA d’Apple

Que retenir de toutes ces données ?

Première capitalisation boursière mondiale, Apple reste une firme attractive et puissante. Cependant elle apparaît de plus en plus vulnérable, notamment à cause de sa dépendance à l’Iphone, qui représente à lui seul 63% du chiffre d’affaires d’Apple. La firme de Cupertino serait-elle en train de doucement perdre son attraction ? Comment peut-elle donner un nouveau souffle à ses ventes, et par la même à sa valeur pour les investisseurs et pour les consommateurs, qui tout deux l’attendent au tournant ?

Le LiveStream Made in France !

plussh-logo-avec-baselineNous vous parlions la dernière fois des deux applications Meerkat et Periscope qui permettent de partager des vidéos en direct.

Un concurrent arrive sur le marché!  Encore à l’Etat de start-up incubée l’entreprise Montpelliéraine  a de l’avenir en proposant le partage en direct de vidéos HD visible en direct ou en différé

Cette application, baptisée Plussh, visible en direct ou en différée est le seul « live stream made in France », vante Dimitri Moulins, son créateur.

« Les directs sont instantanément diffusés sur la page personnelle Plussh de celui qui filme. Il suffit d’alerter ses amis et ceux-ci peuvent immédiatement depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur voir les images en direct »,

L’idée de Plussh lui est venue en travaillant sur le site Mlactu, un pure player d’informations. « Avec deux autres journalistes, on voulait des images en direct en cas de besoin pour notre site d’info. On n’allait pas acheter un véhicule pour transmettre. On a cherché une solution. Il avait bien un logiciel, mais très cher et pas pratique à utiliser. Alors on a décidé de le construire nous-mêmes », raconte Dimitri Moulins.

Cette technologie dite de rupture a ainsi été mise au point avec un ingénieur. Elle permet de filmer en mode paysage ou portrait et reste ouverte à tous pour le visionnage.

Dans un premier temps, les créateurs de cet « outil de journaliste » ont décidé de décliner leur idée comme une solution professionnelle à des grands médias. Ou encore à destination des centres de secours. Des discussions sont en cours dans les deux cas.
Les start-uppers ont décidé d’ouvrir l’application au grand public, à la façon d’un réseau social. Ils se sont équipés en matériel pour stocker les vidéos. 

« On vise 100.000 utilisateurs d’ici un an mais on a de la place pour 13 millions « , précise Dimitri Moulins, qui cible aussi les entreprises, les associations voire les mairies, qui peuvent télécharger les images sur leur site et donc retransmettre en direct des réunions, des conférences de presses ou des conseils municipaux.

Affaire à suivre..

Meerkat et Periscope : le futur des médias?

meerkat-vs-periscope-live-stream-video-apps

 

Une révolution 

Les derniers mois ont vu fleurir deux nouvelles applications mobiles aujourd’hui disponibles sous AndroId et IOS.

Le principe de ces applications ? Faire de chaque utilisateur un journaliste 2.0.

Meerkat et Périscope sont en effet des applications permettant à leurs utilisateurs de diffuser des vidéos en direct. A l’heure où les médias sociaux permettent aux utilisateurs de commenter les actualités et événements en direct comme sur twitter. Ces deux applications permettront de filmer pour diffuser en direct ce qui se passe devant vous. Twitter justement est le fer de lancement de ces applications, les vidéos sont diffusées sur le réseau social. Périscope s’est d’ailleurs réellement lancé après son rachat par Twitter.

 «Nous voulons donner la possibilité à chacun d’explorer le monde  à travers les yeux d’un autre», 

Keyvon Beykpour, PDG de Periscope.

La naissance d’un buzz

C’est lors du « combat du siècle » (match de boxe ayant opposé Mayweather et Pacquiao le 2 mai 2015) que les téléchargements ont explosés sur les store et que le buzz commençait. Il fallait payer plus de 100 $ pour voir le match sur sa télévision, et l’application a permis aux utilisateurs de suivre le combat en direct et gratuitement. De nombreuses personnes ont choisi cette alternative et n’ont pas payé la diffusion qui était hors de prix.

 

« J’ai regardé le match Pacquiao-Mayweather sur Périscope et j’ai vu le futur »

 

Périscope dépasse Meerkat

Suite à cet événement qui a été suivi massivement sur périscope et grâce à son appartenance à Twitter lui permettant une diffusion simplifiée sur le réseau social, l’application a dépassé son homologue. Elle est maintenant utilisé par plusieurs millions de personnes (ils ont dépassé le premier millions après 10 jours) et pourrait rapidement révolutionner les médias traditionnels comme twitter l’avait déjà fait en rachetant Vine et en permettant l’ajout de vidéos.

« Nous voulions construire la chose la plus proche possible de la téléportation»

 expliquent les créateurs de Periscope au moment du lancement de leur application sur l’Apple Store.

Androïd / Apple : La mauvaise blague de Google sur Maps

androidpiss

Une fois n’est pas coutume, les deux géants de la Silicon Valley continuent de se livrer une bataille sans précédent.

Grand gladiateur de l’arène 2.0 et habitué aux trolls de ses concurrents (Samsung et Microsoft), Apple ne devait pas s’attendre à ce coup là. Samedi dernier, des internautes ont découvert sur Google Maps la dernière trouvaille des geeks créatifs de Google : Un robot Androïd en train de « se vidanger » sur une pomme Apple à côté de la ville de Rawalpindi au Pakistan. androidpiss   Dès que la mauvaise blague a été découverte, les messages et autres reproches injurieux ont commencé à apparaître sur les différents réseaux sociaux.

Selon Google, cette image a été ajoutée par un utilisateur de Google Map Maker, une extension de Maps permettant de contribuer au développement des cartes. Ils se sont ainsi défendu de toute responsabilité, acceptant tout de même de reconnaître une faille dans leur système de vérification et de modération des cartes Maps. Bien entendu, les cartes ont été modifiées depuis et il n’est plus possible de voir cette « faille » .

Un simple oubli ou une mauvaise blague ?  L’histoire ne nous le dira pas, quoi qu’il en soit, ce détail alimente la guerre entre les deux géants, et ça nous plaît !

Google/Yahoo : Google perd en parts de marché

Le moteur de recherche Google a perdu en part de marché sur le territoire Américain. En décembre, le géant américain a représenté 75,2% du marché en termes de pages vues, contre 79,3% à la même période en 2013. Ce n’est certes qu’une baisse de 4 points mais d’après le cabinet indépendant StatCounter c‘est son niveau le plus bas depuis 2008. Quand on connait le monopole commercial installé par Google depuis de longues années, une telle baisse de part de marché pousse à se demander quelles en sont les raisons.

Bien entendu, cette situation de monopole est encore loin d’être ébranlée. La firme de Mountain View devance toujours ses deux principaux concurrents: Bing (12,5%) et Yahoo! (10,4%) qui montre une réelle hausse de ses parts de marché. En effet, le groupe dirigé par Marissa Mayer a montré une augmentation de PDM de 3 points durant la même période passant de 7,4% à 10,4% pour le marché des Etats-Unis. Avec ce taux, il atteint son meilleur niveau depuis 2009.

Firefox, responsable de cette évolution?

Statcounter remarque que l’évolution de Yahoo! est apparue au moment où le moteur de recherche est devenu le moteur de recherche par défaut de Mozilla. 

«La décision de Mozilla a eu un impact sur la recherche en ligne aux Etats-Unis »

Aodhan Cullen, patron de StatCounter.

Ce partenariat stratégique a été décidé juste à la fin du contrat de partenariat entre Mozilla et Google expliquant la chute de part de marché de Google. En 2015, le contrat de partenariat entre google et Safari, principal moteur de recherche sur mobile, arrivera à terme. Une nouvelle perte de partenariat pourrait porter préjudice à Google.

High-Tech et sécurité : Quand les nouvelles technologies viennent à votre secours

Depuis quelques années les nouvelles technologies travaillent pour assurer la sécurité et la santé de tous. Ces idées innovantes veillent sur nous et ce grâce à des objets du quotidien. Voici deux d’entre elles :

Le drone-ambulance de l’université de Delft.

Le 28 octobre dernier à l’université de Delft aux Pays-Bas, Alec Momont, un étudiant belge de 23 ans, a présenté son prototype de drone-ambulance. Celui-ci, construit spécialement pour transporter des défibrillateurs aux personnes victimes d’arrêts cardiaques, peut atteindre une vitesse de 100 km/h et retrouve la victime grâce à la géo localisation d’un appel d’urgence et aux données GPS. Cette nouvelle utilisation du drone permettra d’assurer une couverture quasiment totale des villes et une mise à disposition de défibrillateurs de manière optimale.

Environ 800.000 personnes subissent un arrêt cardiaque chaque année dans l’Union européenne, et seulement 8% d’entre elles survivent. La principale raison est le temps relativement long nécessaire aux services de secours pour se rendre sur place
Alec Momont

Selon son développeur ce drone permettrait d’assurer des chances de survie de 80% sur une zone de 12 kilomètres carrés.

Pour plus d’informations sur cette nouvelle utilisation des drones : Drone-ambulance, drone-sauveteur: Cinq engins qui pourraient sauver des vies

De plus en plus de ces innovations utilisent les données GPS pour porter secours, c’est le cas d’ICE GeoAlert.

Ice GeoAlert : déclencher une alerte géolocalisée en deux clics.

Cette application simple d’utilisation permet d’alerter ses proches ou les secours d’un quelconque problème (Agression, Malaise, Accident ou autre) et ce en simplement deux clics depuis votre SmartPhone. L’application, disponible sur IOS et Android, contient votre carnet de santé afin de recevoir des soins adaptés à vos besoins. Dès que votre alerte est envoyée, votre géolocalisation est directement répertoriée et envoyée à vos proches et aux secours, permettant une prise en charge

ICE GeoAlert est aussi dotée d’un système de « Tracking » permettant de sécuriser vos trajets, ceux de vos proches ou de vos enfants. Le système d’utilisation est très simple, il vous suffit de lancer le mode et de définir une heure d’alerte, si vous n’avez pas désactivé le mode à ce moment là une notification sera envoyée à vos proches avec un détail de votre parcours pendant tout le temps du Tracking.

Lorsque vous envoyez une alerte, votre proche reçoit directement votre position.

Lorsque vous envoyez une alerte, votre proche reçoit directement votre position GPS.

Avec Ice GeoAlert, vous pouvez envoyer des alertes géolocalisées en seulement deux clics.

Avec Ice GeoAlert, vous pouvez envoyer des alertes géolocalisées en seulement deux clics.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au-delà de son aspect urgentiste, l’application peut aussi permettre de préciser sa position en temps réel à ses contacts en leur adressant un message et ainsi indiquer un lieu de rencontre ou sa position.

Pour en savoir plus : Ice GeoAlert

Pour télécharger ICE GeoAlert :  iOS   Android