Les applications mobiles, nouveau vecteur de croissance pour les entreprises.

Comme nous l’évoquions dans l’article précédent (Voir l’article précédent) Google reproche aux applications mobiles de court-circuiter les recherches Internet via moteurs de recherche en offrant des liens directs vers des sites commerciaux. Cette remarque découle d’un réel constat : nous fréquentons moins les sites internet [1] et ce à cause des applications mobiles. En effet, les applications mobiles ou tablettes sont utilisés comme des filtres à nos recherches Internet. La spécificité de chaque application permet d’éviter quelques minutes de recherches sur un moteur tel que Google ou Bing et dans le monde hyper connecté dans lequel nous vivons, ces quelques minutes de recherches sont devenues un réel fardeau pour tout internaute.

Cette évolution impacte l’économie des applications qui devrait,  d’ici deux ans, dépasser les $80 milliards de dollars; c’est à dire trois fois plus qu’aujourd’hui, ce qui représente un véritable défi pour les entreprises qui ne sont pas préparées à ça. Ce nouveau vecteur de croissance pour les entreprises a très bien été repéré par l’entreprise CA Technologies (société éditrice de logiciel fondée à New-York) et par son PDG Mike Gregoire. C’est lors du « CA World ’14″ de Las Vegas, le 7 Novembre dernier que celui-ci a expliqué que cette nouvelle économie devait être utilisée, à la fois pour construire une relation durable avec ses consommateurs et ses clients, et également pour augmenter la productivité de ses employés.

Publicité de CA technologies comparant l’utilisation des applications à du speed dating (vidéos en anglais, sous-titre anglais disponibles)

Selon Mike Gregoire, l’utilisation d’application pour les entreprises est d’autant plus importante en vue des prochaines générations d’employés qui auront grandi dans cet environnement numérique. Selon le Directeur de CA Technologies, les entreprises qui ne passeront pas à cette nouvelle forme d’économie seront laissées derrière.

Nous vivons maintenant dans un monde dans lequel les consommateurs ne sont plus loyaux à une marque, à un produit ou à un service. Au contraire, ils sont loyaux à l’expérience complète qu’une entreprise va proposer. Et cette expérience passe par les logiciels, les applications. Autrement dit, les logiciels font partis du business.

Mike Grégoire

Le PDG de CA Technologies explique que la relation entre les consommateurs et les entreprises est en train de changer. Il y a encore 5 ans, les clients voulaient avoir un contact physique avec l’entreprise, pouvoir parler avec un conseiller ou dialoguer par e-mail directement avec un responsable. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, les clients veulent pouvoir échanger à tout moment, sans attente de réponse. Le nouveau moyen de soigner son CRM (Customer relationship management) est de proposer une application mobile à ses clients pour qu’ils puissent être en constante interaction avec l’entreprise. Les  applications mobiles sont devenues des vecteurs de communication incontournables pour les professionnels. En effet, ces petits programmes ludiques ou utilitaires permettent aux entreprises d’augmenter la visibilité et l’accessibilité de leurs produits, d’atteindre de nouveaux prospects et de fidéliser leurs clients. Malheureusement, la croissance exponentielle de ce secteur n’offre pas un réel avantage concurrentiel aux entreprises proposant une application, en effet, la croissance est telle que c’est tout simplement devenue une nécessité pour les entreprises souhaitant perdurer sur leur marché et garder leurs clients. [1] « La fréquentation des sites est en baisse… à cause des applications », Le Monde Economie, 28/08/2012, p.7.

Les applications mobiles, nouveau vecteur de croissance pour les entreprises.
1 vote, 5.00 moyenne du classement (92% score)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>