Tag Archives: ARCEP

Les bandes de fréquences utilisées en 4G

L’attribution des licences 4G a été faite par des appels d’offres, organisés par l’Arcep (Anciennement autorité de régulation des télécommunications), sur les bandes de fréquences utilisables pour le déploiement de la technologie.

La vente des licences 4G s’est ainsi faite en deux vagues, la première concernant la bande de fréquences autour des 2,6 GHz et la deuxième celle autour des 800 MHz. Ces deux bandes de fréquences n’ont été définitivement fixées que vers la fin de l’année 2011 même si les études les concernant ont déjà commencées plus tôt en juin.

La bande des 2,6 GHz

La bande de fréquences autour des 2,6 GHz convient particulièrement pour la couverture 4G des zones urbaines densément peuplées.En effet, même si les fréquences élevées ont une faible portée, elles ont des débits importants.

Les 4 opérateurs principaux (Orange, Bouygues Télécom, SFR et Free) ont chacun obtenu des licences dans cette bande de fréquences.

La bande des 800 MHz

La bande de fréquences autour des 800 MHz est en revanche plutôt réservée à la couverture 4G des zones non urbaines. Les fréquences de cette plage ont en effet une portée plus étendue adaptée à la couverture des zones rurales. Elles exigent aussi la mise en place de moins d’antennes.

Orange, SFR et Bouygues Télécom ont chacun obtenu 2 blocs de 10 MHz dans cette bande alors que Free dispose d’un droit d’itinérance sur le réseau d’un de ses concurrents.

La 3G+ en attendant la 4G pour tous

En attendant la mise en place de la 4G sur tout le territoire, les opérateurs téléphoniques proposent la version améliorée de la 3G avec la 3G+.

Basée sur la norme HSDPA, la 3G+ permet d’effectuer des téléchargements pouvant aller jusqu’à 7,2 Mb/s. Elle est disponible sur les clés 3G+ qui accompagnent les offres correspondantes auprès des opérateurs téléphoniques principaux.

Néanmoins, seules les zones couvertes par les antennes 3G+ peuvent réellement bénéficier de sa vitesse. D’ailleurs, la couverture en 3G+ est également nécessaire pour le passage vers la 4G.

Les opérateurs téléphoniques qui ont obtenu l’aval de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes) pour le déploiement de la 4G s’attachent donc tout d’abord à élargir leur couverture nationale en 3G+, notamment avec le service H+ (HSPA+) qui fournit de la 3G+ à 42 Mb/s.

Cette mise à jour de l’offre 3G+ permet déjà d’avoir un avant-goût des possibilités du futur réseau 4G car cette quatrième génération des téléphonies mobiles aura un débit au moins 7 fois plus élevé que l’actuelle norme.

En effet, la 3G+ à 42 Mb/s utilise déjà des antennes reliées à des fibres optiques qui seront aussi indispensables pour la mise en place de la 4G.

Interférences entre la 4G et la TNT ?

Malgré une arrivée fracassante et des tests en cours, la mise en place de la 4G s’accompagne tout de même de quelques heurts mineurs.

Ainsi, il existe un risque d’interférence entre la bande de fréquences de 800 MHz, utilisée pour le déploiement de la 4G, et celle réservée à l’exploitation de la TNT (Télévision Numérique Terrestre).

Les ondes utilisées par les deux technologies sont en effet assez proches l’une de l’autre et ce sont surtout les lots de fréquences acquis par l’opérateur Bouygues Télécom qui sont les plus concernés. Il faut savoir que les fréquences autour de la bande des 800 MHz ont été autrefois utilisées par la télévision analogique et par les militaires.

Néanmoins, des tests ont déjà été menés avec l’aval du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) vers la fin de l’année dernière et ce avant l’attribution des licences 4G par l’ARCEP.

A ce propos, l’étroitesse de la bande disponible a été prise en compte dans la quantité de fréquences et le nombre de licences par opérateur délivrés par l’ARCEP.

Pour résoudre ce problème de brouillage, une rencontre est prévue à Saint-Etienne entre les 3 principaux opérateurs téléphoniques et le gouvernement. Orange, SFR et Bouygues Télécom vont en effet y lancer en commun un pilote 4G à la rentrée.