Tag Archives: cloud

Windows 8

La première nouveauté de Windows 8 concerne son interface dénommée Metro qui change complètement la perception du bureau habituel d’un ordinateur embarquant un OS Microsoft Windows. Ainsi, les applications les plus utilisées peuvent être regroupées au centre de l’écran pour offrir plus de flexibilité et de rapidité. D’ailleurs, Metro est une interface tactile, particulièrement adaptée aux usages sur les tablettes. Windows 8 innove également avec l’intégration de Windows Reader qui est en fait un lecteur PDF natif du nouveau système d’exploitation. L’OS intègre aussi Internet Explorer 10, et une application Windows Store qui permet de télécharger des applis Windows directement à partir de votre ordinateur. Parmi les caractéristiques de Windows 8 à retenir, il faut aussi signaler l’intégration des réseaux sociaux (Twitter et Facebook) et la connectivité SkyDrive qui permet d’accéder rapidement aux données du cloud.

Vous avez dit Cloud ?

Les prestataires de services informatiques, les opérateurs téléphoniques, les SSII et autres hébergeurs proposent actuellement divers services de Cloud computing aux entreprises. Pour réellement bénéficier des possibilités de cette technologie, il faut savoir choisir l’offre qui respecte vraiment les caractéristiques essentielles du Cloud.

En choisissant une solution basée sur le Cloud computing, l’entreprise peut faire abstraction totale de l’infrastructure technique et de la solution logicielle utilisées pour sa mise en œuvre

Il faut rappeler qu’avec le Cloud computing, une partie des ressources informatiques de l’entreprise est déportée dans les datacenters qui disposent de serveurs mutualisés plus puissants. De cette manière, l’entreprise peut profiter de la puissance de calcul et du stockage de données offerts par le prestataire et se concentrer principalement sur ses activités.

Il est aussi important de préciser que les services du Cloud doivent être disponibles à tout moment là où il y a une connexion Internet pour les employés de l’entreprise qui a souscrit un abonnement au service. D’ailleurs, en cas d’accroissement de la demande, de nouvelles capacités doivent être automatiquement disponibles.

Le Cloud grand public avec Dropbox, Google Drive, SkyDrive

Le Cloud grand public a connu un boom spectaculaire depuis quelques années. Plusieurs éditeurs, firmes informatiques et spécialistes du web ont successivement présenté leurs services de cloud computing à destination du grand public. Les plus connus sont Dropbox, Google Drive et SkyDrive mais il en existe de nombreux autres.

Dropbox, Google Drive et SkyDrive sont ainsi des services de stockage et de partage en ligne de documents multimédia et bureautiques. Ils permettent aussi de synchroniser les documents stockés dans le Cloud à partir de plusieurs équipements mobiles ou non (ordinateur de bureau, ordinateur portable, tablette, smartphone), connectés à Internet.

Certains de ces services permettent en outre de travailler en ligne sur les documents du Cloud. Dans la plupart des cas, il faut d’abord installer des applications spécifiques sur ses terminaux avant de pouvoir toucher aux fichiers du Cloud. Sinon, ce type de Cloud grand public autorise aussi le travail en groupe avec la configuration d’un accès en lecture et/ou en modification sur les fichiers partagés.

Ces services se caractérisent entre eux en fonction de la capacité de stockage gratuite qu’ils proposent. Ainsi, SkyDrive de Hotmail offre une capacité gratuite de 7 Go, Google Drive 5 Go et Dropbox 2 Go.

Les caractéristiques du Cloud privé

La localisation géographique d’un datacenter importe peu dans la mise en œuvre d’un Cloud privé. Le centre de données peut en effet se trouver sur n’importe quel site de l’entreprise. Pour la mise en place d’un tel système, des hébergeurs, des opérateurs télécoms et des spécialistes informatiques proposent des services Cloud adaptés aux entreprises qui se présentent sous forme de diverses offres clé en mains.

Le Cloud privé permet aux entreprises de garantir la confidentialité et la sécurité de leurs données. Ceci est d’autant plus vrai si l’entreprise opte pour le Cloud privé interne.

Sinon, en choisissant de ne pas externaliser une partie de leur infrastructure IT, les entreprises restent propriétaires du matériel et des logiciels utilisés pour la mise en œuvre de leur cloud computing privé. Néanmoins, elles doivent donc aussi s’occuper de la gestion de cette infrastructure. En général, cette tâche est confiée à la DSI de l’entreprise.

Mise à part son infrastructure sécurisée, le cloud privé offre aussi des services fiables et accessibles à la demande. C’est aussi un excellent moyen pour mettre à la disposition des partenaires de l’entreprise des applications et des outils collaboratifs. Par ailleurs, le cloud privé se caractérise par une infrastructure évolutive et modulable à souhait.

A quoi sert la virtualisation ?

La virtualisation est une technique utilisée en informatique qui consiste à faire marcher plusieurs systèmes d’exploitation sur un seul ordinateur. Cette technique requiert tout d’abord l’installation d’un système d’exploitation principal sur l’ordinateur concerné. Ce n’est qu’après que les autres OS (Operating System) sont installés. Le système d’exploitation principal est appelé « OS hôte » et les autres « OS invités ».

Elle est une technique d’exploitation des serveurs de plus en plus répandue. Elle est très performante à plus d’un titre.

Tout d’abord, la virtualisation permet d’installer plusieurs systèmes d’exploitation (Linux et Windows par exemple) sur une seule machine physique sans que cela nuise à leur performance individuelle. Au contraire, cette technique permet d’augmenter l’efficacité opérationnelle et la flexibilité des serveurs VPS. Les applications disposent aussi d’une disponibilité accrue avec cette technique.

L’efficacité de la virtualisation repose également sur l’allocation dynamique des ressources de la machine physique en fonction des besoins de chaque VPS ou de chaque application à un instant donné. C’est une illustration de l’utilisation optimale des ressources informatiques d’une seule machine avec la technique de la virtualisation. En outre, si plusieurs utilisateurs utilisent en même temps une même machine physique sur des environnements différents, ils sont isolés les uns des autres.

La virtualisation est en outre un système évolutif. Elle permet en particulier de faire évoluer facilement les applications vers le Cloud Computing. Les entreprises ont le choix entre un Cloud privéet un Cloud publicou même combiner les 2 sans problème. C’est également une technique qui permet d’accélérer les déploiements des systèmes et des applications.

Un logiciel de virtualisation est nécessaire pour sa mise en oeuvre. Il doit d’abord être installé sur l’OS hôte pour que celui-ci puisse accueillir les autres OS. Une fois le mécanisme mis en place, les environnements qui accueillent les OS invités sont appelés « machines virtuelles » car ils fonctionnent chacun comme un ordinateur – ou une machine – individuel et indépendant. Les différentes machines virtuelles embarquant chacune leur OS peuvent donc utiliser les ressources (disque dur, RAM, etc.) de l’ordinateur physique unique en fonction de leurs besoins. La virtualisation est surtout utilisée pour la mutualisation des serveurs. Elle permet de réduire le nombre de serveurs physiques et d’utiliser de façon optimale les ressources d’une seule machine. Par ailleurs, cette technique est aussi utilisée pour mettre en œuvre le Cloud computing.

Pour plus d’info, demandez conseil à votre service informatique.

Si vous en avez pas, il est temps d’en avoir un en cliquant ici.

Cloud public et Cloud privé

Nous avons tous déjà utilisé le Cloud computing sans s’en rendre compte. Les réseaux sociaux, les boites email et surtout les sites spécialisés de partage de contenu multimédia (photo et vidéo) sont en effet des exemples d’utilisation du Cloud. Ils permettent en effet de stocker divers fichiers ailleurs que sur les disques durs de son ordinateur, dans une clé USB ou dans une carte micro SD. Les entreprises utilisent aussi le Cloud computing en se basant soit sur le Cloud public soit sur le Cloud privé.

Le Cloud public

Le Cloud public se caractérise par l’utilisation de ressources informatiques distantes et mutualisées. Les serveurs, les applications et les unités de stockage mis en œuvre pour le Cloud public sont donc partagés entre plusieurs utilisateurs.

Le Cloud privé

Le Cloud privé consiste à la mise en place d’une infrastructure dédiée qui fournit un ensemble de services à une entreprise ou une organisation unique. Il s’agit donc de réserver l’utilisation d’un centre de données ou datacenter à une seule entité. Le datacenter peut se trouver dans les locaux de l’organisation (cloud privé interne) comme il peut être monté dans les locaux d’un hébergeur ou d’une société d’infogérance (cloud privé externe). La seule contrainte étant que son exploitation soit exclusivement réservée à l’entreprise concernée.

Le Cloud

Le Cloud est un type de services fourni par des entreprises qui permet d’utiliser des applications et de stocker des données en ligne. Dans cette nouvelle technologie, les applications sont exécutées sur des serveurs distants mais sont directement disponibles sur les terminaux (smartphones, tablettes électroniques, ordinateurs portables) qui sont configurés pour avoir accès au Cloud. De la même manière, les données sont enregistrées sur des serveurs externalisés mais sont accessibles à la demande.

Au début, ce type de services visait surtout le grand public et notamment les utilisateurs d’équipements mobiles. Néanmoins, la technique du Cloud commence peu à peu à intégrer le monde professionnel. En général, les entreprises et les PME qui l’ont adopté se tournent d’abord vers le Cloud privé et réservent son usage à seulement certaines applications.

Du point de vue technique, le Cloud se décline sous plusieurs formes dont les plus courantes sont le SaaS (Service as a Software), le PaaS (Platform as a Service) et l’IaaS (Infrastructure as a Service).

La version la plus utilisée est le SaaS qui est surtout choisi pour des services pouvant se passer de l’intervention des administrateurs du Système d’Information de l’entreprise comme la messagerie ou les outils de collaboration ou de gestion de la relation client.

La percée du Cloud

On assiste peu à peu à l’arrivée du Cloud dans le fonctionnement interne des entreprises. La mise en place de portails self-service pour l’exécution de travaux chronophages est ainsi une utilisation de plus en plus courante du Cloud à l’image des CRM.

Les spécialistes prévoient, par ailleurs, que certaines fonctions des services RH vont progressivement être déplacées vers le Cloud dans quelques entreprises.

Face à toutes ces demandes et en prévision des besoins croissants du public, on assiste à une explosion des offres de stockage en ligne.

Plusieurs logiciels de gestion de Cloud ou de gestion de processus sont ainsi proposés par de grands éditeurs tels que Microsoft, SAP, Pega Systems, Cordys et Idyllis. Tout cela démontre que les applications en ligne feront maintenant de plus en plus partie intégrante de la vie des entreprises.

Néanmoins, à l’heure actuelle, seules les applications et certaines fonctions qui n’ont que peu d’impact sur l’activité principale de l’entreprise sont réellement déplacées dans le Cloud.

A ce stade, seul le Saas est ainsi utilisé pour la mise en œuvre du Cloud. Malgré ces limitations, les fournisseurs d’infrastructures font de plus en plus de progrès en proposant des technologies plus performantes.