Tag Archives: cloud privé

Les caractéristiques du Cloud privé

La localisation géographique d’un datacenter importe peu dans la mise en œuvre d’un Cloud privé. Le centre de données peut en effet se trouver sur n’importe quel site de l’entreprise. Pour la mise en place d’un tel système, des hébergeurs, des opérateurs télécoms et des spécialistes informatiques proposent des services Cloud adaptés aux entreprises qui se présentent sous forme de diverses offres clé en mains.

Le Cloud privé permet aux entreprises de garantir la confidentialité et la sécurité de leurs données. Ceci est d’autant plus vrai si l’entreprise opte pour le Cloud privé interne.

Sinon, en choisissant de ne pas externaliser une partie de leur infrastructure IT, les entreprises restent propriétaires du matériel et des logiciels utilisés pour la mise en œuvre de leur cloud computing privé. Néanmoins, elles doivent donc aussi s’occuper de la gestion de cette infrastructure. En général, cette tâche est confiée à la DSI de l’entreprise.

Mise à part son infrastructure sécurisée, le cloud privé offre aussi des services fiables et accessibles à la demande. C’est aussi un excellent moyen pour mettre à la disposition des partenaires de l’entreprise des applications et des outils collaboratifs. Par ailleurs, le cloud privé se caractérise par une infrastructure évolutive et modulable à souhait.

Les principaux fournisseurs de solutions de virtualisation

Les acteurs majeurs de la technologie de virtualisation sont VMware, Citrix et Microsoft.

VMware est présenté comme le leader mondial des fournisseurs de plateformes de virtualisation des serveurs, des postes de travail et des applications. Les solutions proposées par VMware ont la réputation d’être fiables et efficaces. Elles permettent en outre de mettre en place un Cloud privé ou un Cloud public et même un système hybride.

Avec VMware, le système hôte et les systèmes virtuels peuvent être indifféremment Linux ou Windows. Pour mettre en place une virtualisation sous VMware, on installe successivement le système hôte, la couche logicielle VMware pour émuler le matériel et enfin les systèmes invités.

Citrix propose la solution XEN pour virtualiser les systèmes d’exploitation. XEN permet d’obtenir un système simplifié grâce à la consolidation de plusieurs serveurs sur un seul serveur physique. Il permet de faire fonctionner Linux, FreeBSD et Windows en mode virtuel.

L’outil XEN de Citrix ne simule pas de machines virtuelles complètes pour les systèmes d’exploitation invités mais exécute plusieurs instances d’un même système d’exploitation.

Microsoft est aussi présente sur le marché de la virtualisation. Son outil phare, Windows Server 2008 Hyper-V, est déjà intégré dans Windows Server 2008. Il permet une administration simultanée des systèmes physiques et virtuels.

A quoi sert la virtualisation ?

La virtualisation est une technique utilisée en informatique qui consiste à faire marcher plusieurs systèmes d’exploitation sur un seul ordinateur. Cette technique requiert tout d’abord l’installation d’un système d’exploitation principal sur l’ordinateur concerné. Ce n’est qu’après que les autres OS (Operating System) sont installés. Le système d’exploitation principal est appelé « OS hôte » et les autres « OS invités ».

Elle est une technique d’exploitation des serveurs de plus en plus répandue. Elle est très performante à plus d’un titre.

Tout d’abord, la virtualisation permet d’installer plusieurs systèmes d’exploitation (Linux et Windows par exemple) sur une seule machine physique sans que cela nuise à leur performance individuelle. Au contraire, cette technique permet d’augmenter l’efficacité opérationnelle et la flexibilité des serveurs VPS. Les applications disposent aussi d’une disponibilité accrue avec cette technique.

L’efficacité de la virtualisation repose également sur l’allocation dynamique des ressources de la machine physique en fonction des besoins de chaque VPS ou de chaque application à un instant donné. C’est une illustration de l’utilisation optimale des ressources informatiques d’une seule machine avec la technique de la virtualisation. En outre, si plusieurs utilisateurs utilisent en même temps une même machine physique sur des environnements différents, ils sont isolés les uns des autres.

La virtualisation est en outre un système évolutif. Elle permet en particulier de faire évoluer facilement les applications vers le Cloud Computing. Les entreprises ont le choix entre un Cloud privéet un Cloud publicou même combiner les 2 sans problème. C’est également une technique qui permet d’accélérer les déploiements des systèmes et des applications.

Un logiciel de virtualisation est nécessaire pour sa mise en oeuvre. Il doit d’abord être installé sur l’OS hôte pour que celui-ci puisse accueillir les autres OS. Une fois le mécanisme mis en place, les environnements qui accueillent les OS invités sont appelés « machines virtuelles » car ils fonctionnent chacun comme un ordinateur – ou une machine – individuel et indépendant. Les différentes machines virtuelles embarquant chacune leur OS peuvent donc utiliser les ressources (disque dur, RAM, etc.) de l’ordinateur physique unique en fonction de leurs besoins. La virtualisation est surtout utilisée pour la mutualisation des serveurs. Elle permet de réduire le nombre de serveurs physiques et d’utiliser de façon optimale les ressources d’une seule machine. Par ailleurs, cette technique est aussi utilisée pour mettre en œuvre le Cloud computing.

Pour plus d’info, demandez conseil à votre service informatique.

Si vous en avez pas, il est temps d’en avoir un en cliquant ici.

Cloud public et Cloud privé

Nous avons tous déjà utilisé le Cloud computing sans s’en rendre compte. Les réseaux sociaux, les boites email et surtout les sites spécialisés de partage de contenu multimédia (photo et vidéo) sont en effet des exemples d’utilisation du Cloud. Ils permettent en effet de stocker divers fichiers ailleurs que sur les disques durs de son ordinateur, dans une clé USB ou dans une carte micro SD. Les entreprises utilisent aussi le Cloud computing en se basant soit sur le Cloud public soit sur le Cloud privé.

Le Cloud public

Le Cloud public se caractérise par l’utilisation de ressources informatiques distantes et mutualisées. Les serveurs, les applications et les unités de stockage mis en œuvre pour le Cloud public sont donc partagés entre plusieurs utilisateurs.

Le Cloud privé

Le Cloud privé consiste à la mise en place d’une infrastructure dédiée qui fournit un ensemble de services à une entreprise ou une organisation unique. Il s’agit donc de réserver l’utilisation d’un centre de données ou datacenter à une seule entité. Le datacenter peut se trouver dans les locaux de l’organisation (cloud privé interne) comme il peut être monté dans les locaux d’un hébergeur ou d’une société d’infogérance (cloud privé externe). La seule contrainte étant que son exploitation soit exclusivement réservée à l’entreprise concernée.