Tag Archives: disponibilité

Les applications possibles du Cloud computing

Pour avoir une idée des potentialités du Cloud computing, voyons quelques-unes de ses applications possibles dans le monde professionnel.

Il est principalement utilisé pour la messagerie d’entreprise, le stockage de données, les outils collaboratifs et diverses applications relatives au fonctionnement de l’entreprise (ressources humaines, finance/comptabilité, etc.). Cette technologie est aussi exploitée pour les serveurs, les bases de données, les progiciels (ERP/CRM) et les solutions de Business Intelligence.

Il semble aussi être la solution idéale pour les PME qui d’une part, ne veulent pas gérer un système d’information complexe et d’autre part, qui ne peuvent pas faire un investissement dans du matériel haut de gamme. La gestion du Cloud et des serveurs peuvent en effet faire l’objet d’une infogérance. On peut souligner que c’est aussi une alternative plus économique et moins consommatrice d’énergie qu’une solution sur site, grâce notamment à la mutualisation des infrastructures informatiques entre plusieurs entreprises ou organisations.

Les éditeurs d’antivirus pourront aussi profiter du Cloud computing pour mettre leurs services à la disposition du plus grand nombre, moyennant un paiement. Ils peuvent en effet mettre à profit les réseaux de serveurs placés un peu partout dans le monde pour abriter la multitude de bases de signatures disponibles de leur antivirus.

Le load balancing se met en place grâce au moins à la mise en relation de 2 serveurs. Néanmoins, un plus grand nombre de serveurs peut être interconnecté selon les besoins. Si nécessaire, on peut aussi facilement ajouter d’autres serveurs si on veut étendre la plate-forme d’hébergement (le module de load balancing installé sur votre serveur – hébergeant votre site internet ou votre application web professionnelle – surveille la disponibilité des serveurs qui lui sont associés pour savoir où diriger une requête). Cette technique est surtout utilisée sur les sites très sollicités pour lesquels le nombre de requêtes venant des utilisateurs ne peut être prévu d’avance.

Grâce à la technologie du load balancing, on assiste à une réduction des temps de réponse et à une disponibilité supérieure des sites et des applications qui l’exploitent.

Ce système fonctionne grâce la définition de règles et d’algorithmes d’équilibrage pour la distribution du trafic. Ainsi, toutes les requêtes sont redirigées automatiquement vers les serveurs disponibles.

Les limites de la virtualisation

Perçue comme une technologie innovante et performante, la virtualisation n’en possède pas moins quelques inconvénients.

Coût

La mise en place d’une architecture virtualisée nécessite l’investissement dans une machine physique – le serveur – possédant des caractéristiques très pointues. Il faut en effet que la machine physique soit dotée de plusieurs processeurs, d’une RAM élevée et de disques durs de grande capacité. Ce type de machine a évidemment un prix.

Il faut aussi signaler le fait que la virtualisation consomme déjà 5 à 10 % des ressources de la machine hôte et que le fonctionnement de la virtualisation représente déjà environ 30 % de la charge machine.

Disponibilité

Le vrai problème de la virtualisation réside néanmoins dans le fait que si le serveur physique bug ou tombe en panne, les machines virtuelles seront aussi indisponibles ou en panne. Cela peut entrainer une indisponibilité des services des serveurs virtuels et éventuellement une perte de leurs données, notamment si les systèmes virtuels n’ont pas été inclus dans le régime de sauvegarde général du SI.

Sécurité

Par ailleurs, si une faille de sécurité est présente sur l’hyperviseur, tous les serveurs virtualisés sont aussi exposés à des risques. D’autant plus que certains systèmes virtuels ne reçoivent de correctifs que tardivement. Ils deviennent donc des portes d’entrée privilégiées pour les virus et les attaques de toutes sortes.