Tag Archives: performante

Les limites de la virtualisation

Perçue comme une technologie innovante et performante, la virtualisation n’en possède pas moins quelques inconvénients.

Coût

La mise en place d’une architecture virtualisée nécessite l’investissement dans une machine physique – le serveur – possédant des caractéristiques très pointues. Il faut en effet que la machine physique soit dotée de plusieurs processeurs, d’une RAM élevée et de disques durs de grande capacité. Ce type de machine a évidemment un prix.

Il faut aussi signaler le fait que la virtualisation consomme déjà 5 à 10 % des ressources de la machine hôte et que le fonctionnement de la virtualisation représente déjà environ 30 % de la charge machine.

Disponibilité

Le vrai problème de la virtualisation réside néanmoins dans le fait que si le serveur physique bug ou tombe en panne, les machines virtuelles seront aussi indisponibles ou en panne. Cela peut entrainer une indisponibilité des services des serveurs virtuels et éventuellement une perte de leurs données, notamment si les systèmes virtuels n’ont pas été inclus dans le régime de sauvegarde général du SI.

Sécurité

Par ailleurs, si une faille de sécurité est présente sur l’hyperviseur, tous les serveurs virtualisés sont aussi exposés à des risques. D’autant plus que certains systèmes virtuels ne reçoivent de correctifs que tardivement. Ils deviennent donc des portes d’entrée privilégiées pour les virus et les attaques de toutes sortes.

A quoi sert la virtualisation ?

La virtualisation est une technique utilisée en informatique qui consiste à faire marcher plusieurs systèmes d’exploitation sur un seul ordinateur. Cette technique requiert tout d’abord l’installation d’un système d’exploitation principal sur l’ordinateur concerné. Ce n’est qu’après que les autres OS (Operating System) sont installés. Le système d’exploitation principal est appelé « OS hôte » et les autres « OS invités ».

Elle est une technique d’exploitation des serveurs de plus en plus répandue. Elle est très performante à plus d’un titre.

Tout d’abord, la virtualisation permet d’installer plusieurs systèmes d’exploitation (Linux et Windows par exemple) sur une seule machine physique sans que cela nuise à leur performance individuelle. Au contraire, cette technique permet d’augmenter l’efficacité opérationnelle et la flexibilité des serveurs VPS. Les applications disposent aussi d’une disponibilité accrue avec cette technique.

L’efficacité de la virtualisation repose également sur l’allocation dynamique des ressources de la machine physique en fonction des besoins de chaque VPS ou de chaque application à un instant donné. C’est une illustration de l’utilisation optimale des ressources informatiques d’une seule machine avec la technique de la virtualisation. En outre, si plusieurs utilisateurs utilisent en même temps une même machine physique sur des environnements différents, ils sont isolés les uns des autres.

La virtualisation est en outre un système évolutif. Elle permet en particulier de faire évoluer facilement les applications vers le Cloud Computing. Les entreprises ont le choix entre un Cloud privéet un Cloud publicou même combiner les 2 sans problème. C’est également une technique qui permet d’accélérer les déploiements des systèmes et des applications.

Un logiciel de virtualisation est nécessaire pour sa mise en oeuvre. Il doit d’abord être installé sur l’OS hôte pour que celui-ci puisse accueillir les autres OS. Une fois le mécanisme mis en place, les environnements qui accueillent les OS invités sont appelés « machines virtuelles » car ils fonctionnent chacun comme un ordinateur – ou une machine – individuel et indépendant. Les différentes machines virtuelles embarquant chacune leur OS peuvent donc utiliser les ressources (disque dur, RAM, etc.) de l’ordinateur physique unique en fonction de leurs besoins. La virtualisation est surtout utilisée pour la mutualisation des serveurs. Elle permet de réduire le nombre de serveurs physiques et d’utiliser de façon optimale les ressources d’une seule machine. Par ailleurs, cette technique est aussi utilisée pour mettre en œuvre le Cloud computing.

Pour plus d’info, demandez conseil à votre service informatique.

Si vous en avez pas, il est temps d’en avoir un en cliquant ici.