Tag Archives: téléphone mobile

Un saut technologique avec la 4G

Avant d’arriver à la quatrième génération de la téléphonie mobile ou 4G, il a fallu passer par la 3G.

C’est actuellement la technologie la plus répandue dont la meilleure évolution est le HSPA ou H+. Connue également sous le nom de 3.75G, cette amélioration de la norme 3G a été développée depuis 2 ans et offre des débits théoriques allant jusqu’à 42 Mb/s.

Néanmoins, le passage vers la 4G est un véritable saut technologique car celle-ci multiplie par 3 les débits offerts par la plus récente évolution de la 3G.

A titre d’exemple, un morceau de musique de 5 Mo est téléchargé en une seconde avec la 4G et en 3 secondes avec le H+. De la même manière, le téléchargement d’un film en HD de 5 Go ne prend que 17 mn en 4G alors qu’il en faut 50 mn pour le faire en H+.

C’est en grande partie l’utilisation de la norme LTE qui permet ces avancées technologiques avec évidemment les infrastructures matérielles adaptées (antennes relais, terminaux compatibles, etc.).

Actuellement, la couverture en 4G est encore limitée à certaines villes dont Marseille pour les clients Orange et Lyon pour les abonnés de Bouygues Télécom.

SFR est aussi en train d’effectuer des tests à Lyon et Montpellier alors que Free  développe encore sa couverture en 3G+.

Pour Orange en particulier, 120 antennes relais sur les 200 que comptent Marseille délivrent déjà de la 4G.

 

Les tests 4G en cours et à venir

Les tests actuels effectués par les opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom) pour le déploiement de la 4G sont réalisés sur la bande de fréquences des 2,6 GHz.

Les tests sur la bande des 800 MHz se feront quant à eux à la rentrée à Saint-Etienne. Cette décision a été prise après une discussion entre les trois opérateurs et la ministre chargée de l’Economie numérique Fleur Pellerin vers la mi-juillet à Bercy.

Les tests effectués par Orange se font principalement avec les salariés de la Société. Mais des entreprises et des particuliers font aussi partie des 2 500 testeurs de l’opérateur.D’ailleurs, on peut devenir utilisateur pilote 4G en s’inscrivant sur le site de l’opérateur si on est sur Marseille.

Les testeurs de Bouygues quant à eux sont formés par environ 500 clients constitués des collaborateurs de la marque, des journalistes, des étudiants, des élus locaux, des professionnels et des clients particuliers utilisant des Samsung Galaxy Tab.

Selon les estimations, ces différents tests permettront aux opérateurs de lancer leurs offres commerciales 4G vers la fin de l’année ou le début de l’année 2013.

N’oublions pas que la 4G favorisera l’usage de l’Internet très haut débit mobile avec des débits compris entre 20 à 200 Mb/s à partager entre les utilisateurs de la même zone.

Des puces Broadcom Wi-Fi 802.11ac pour les tablettes, les smartphones et les ordinateurs

On peut dire que la norme Wi-Fi 802.11ac est maintenant bien lancée car la liste des puces compatibles pour les tablettes, les smartphones et les ordinateurs commencent à s’allonger.

C’est l’industriel Broadcom qui a débuté les hostilités en présentant à Las Vegas au début de l’année le premier circuit intégré supportant le standard Wi-Fi ac.

Il a aussi annoncé récemment que sa puce BCM4335, compatible 802.11ac et pouvant équiper des terminaux mobiles comme les smartphones et les tablettes, allait être fabriquée à grande échelle.

Il faut cependant compter 6 mois à un an avant la sortie des premiers équipements dotés de la puce. Mais cela n’est pas suffisant, il ne faut pas non plus oublier de s’équiper en matériels réseaux compatibles avec le Wi-Fi 802.11ac (routeur,  etc.) pour vraiment bénéficier du sans fil à très haut débit.

Cette puce produite par Broadcom est rétrocompatible avec la norme Wi-Fi actuelle qui est le 802.11n. Elle fonctionne en effet dans la bande des 5 GHz ce qui la rend plus facilement adaptable pour les fabricants d’équipements réseaux.

A part la gestion du Wi-Fi, cette puce Broadcom comporte aussi la fonction Bluetooth 4.0 et un tuner FM.

Les raisons qui expliquent le passage vers la 4G

La 3G est arrivée en France en 2004. Actuellement, cette troisième génération de téléphonie mobile n’est pas encore totalement exploitée.

D’autant plus que les équipements nécessaires à son exploitation ont une durée de vie de 15 ans. On peut alors se demander pourquoi tout de suite passer à la 4G qui nécessiterait de nouveaux investissements, dont notamment le remplacement des antennes relais.

La 3G, particulièrement sa version HSPA+, a permis l’accès à Internet à haut débit à partir de terminaux mobiles en sa qualité de réseau de données.

La vente et l’utilisation des équipements compatibles avec ce service ont donc tout naturellement grimpé si bien que le trafic IP mobile a aussi augmenté.

En effet, accéder aux réseaux sociaux, naviguer sur le web, partager des fichiers et télécharger des vidéos sur Youtube à partir de son smartphone sont actuellement des activités courantes.

Nécessairement, l’infrastructure du réseau IP doit donc être étoffée, ce qui sera chose faite avec le passage vers la 4G.

Le déploiement de la 4G permet en effet de limiter la congestion du réseau 3G sans parler de son débit élevé et de l’interactivité qu’elle offre. D’ailleurs, la 4G autorise l’optimisation automatique du réseau.

Néanmoins, sa couverture ne sera vraiment effective qu’en 2015-2016.

La 4G bientôt disponible dans le métro

En ouvrant ses stations de métro aux opérateurs téléphoniques, la RATP va permettre à ses usagers d’avoir accès au très haut débit mobile.

La société de transports en commun de Paris a en effet conclu un accord avec la SFR pour le déploiement de la 3G et la 4G sur ses lignes. Jusqu’à maintenant, seuls les abonnés mobiles de l’opérateur de téléphonie pouvaient  bénéficier de cet accord de partenariat non-exclusif.

Cependant, les autres opérateurs de téléphonie pourront toujours revenir dans la course en déployant leur propre réseau s’ils arrivent à une entente avec la RATP.

Grâce à cet accord, les services internet mobiles seront accessibles sur les smartphones et les tablettes des abonnés de SFR aussi bien dans les stations de métro que dans les gares RER mais également sur les quais et dans les trains.

Pour commencer, SFR va d’abord déployer la 3G à partir de la rentrée 2012 sur les stations Châtelet et Gare de Lyon, l’opérateur prévoyant de couvrir les lignes du RER A et B en 2013. Sensé durer 12 ans, l’objectif de l’accord est surtout la couverture totale de la station de la RATP d’ici fin 2015.

Mobile World Congress

Le Mobile World Congress est le salon de référence dans le secteur de l’industrie du téléphone mobile et des technologies sans fil.

L’événement est organisé annuellement par la GSM Association ou GSMA depuis 1987, l’association regroupant des fabricants et des vendeurs de terminaux, des opérateurs de téléphonie mobile ainsi que des producteurs de contenus du monde entier.A cet effet, le salon accueille chaque année des visiteurs professionnels et des passionnés du secteur.

Depuis sa création, ce grand rendez-vous mondial du mobile n’a été accueilli que dans 2 pays européens, à savoir la France et l’Espagne. Il a eu lieu en France jusqu’en 2005 au Palais des Festivals de Cannes et depuis 2006 jusqu’en 2018 à la Firade Barcelona en Espagne.

La GSMA a en effet renouvelé sa confiance à la ville de Barcelone pour l’organisation des six prochaines éditions du salon. L’édition de cette année s’est déroulée du 27 février au 1er mars dernier et celle de l’année prochaine aura lieu du 25 au 28 février 2013.

Le Mobile World Congress propose à ceux qui y viennent de visiter les stands des constructeurs tels qu’Apple, HTC, LG, Blackberry, Samsung ou Nokia. Les grandes firmes telles que Facebook, Microsoft et Google sont aussi des habituées de l’événement.

Par ailleurs, les principales attractions du salon sont les démonstrations et les tests des nouveaux équipements mobiles (tablettes tactiles, smartphones, consoles, etc.) ainsi que les conférences organisées par les participants.