Tag Archives: wifi

Quelle solution réseau pour un partage d’informations fiable ?

Seule une infrastructure réseau adaptée permet aux entreprises d’obtenir d’une part, un transfert d’informations fiable, rapide et d’autre part, une productivité optimisée.

En général, il existe trois types de solutions pour obtenir un réseau professionnel : l’utilisation d’un câblage informatique, la mise en place d’un réseau Wi-Fi et l’exploitation de la technologie CPL. Un prestataire informatique expérimenté peut vous aider à choisir la meilleure solution pour votre entreprise.

Réseau informatique câblé

L’utilisation de câbles réseaux est le procédé classique choisi pour relier et faire communiquer différents périphériques réseaux entre eux (ordinateurs, serveurs, imprimantes, copieur-fax, etc.). Cette technique permet l’échange de données, de voix et d’image à plus ou moins grande vitesse selon les équipements utilisés.

Réseau informatique sans fil

Le réseau Wi-Fi est un LAN sans connectique filaire. En général, on le met en place là où il est difficile de tirer des câbles. Il peut aussi servir pour l’extension d’un réseau câblé classique.

Technologie CPL

La technologie CPL ou Courant Porteur en Ligne est l’utilisation du réseau électrique pour la transmission de données numériques (données, audio, vidéo, internet).

Dans certains cas, ces trois techniques peuvent aussi être complémentaires et utilisées ensemble.

Des tests réalisés avec le Wi-Fi 802.11ac

Pour évaluer les capacités de la nouvelle norme Wi-Fi, des professionnels du secteur ont effectué divers tests sur les équipements actuellement disponibles et compatibles avec le Wi-Fi 802.11ac.

Ils ont pu ainsi établir que la cinquième génération de la norme Wi-Fi est trois fois plus rapide que le précédent standard.

En effet, sur une distance comprise entre 3,5 m et 60 m, le taux de transfert de fichiers en 802.11ac se maintient autour de 25 Mo/s contre seulement 7,5 Mo/s en moyenne pour le 802.11n.

Le débit maximum obtenu a été de 25,97 Mo/s pour le Wi-Fi ac durant ces tests. Mais environ à partir de 60 m de distance d’un routeur compatible, le taux de transfert en Wi-Fi ac descend à 17 Mo/s.

Néanmoins, ce nouveau standard reste plus performant grâce à la technologie du beanforming par rapport à la norme actuelle.

Le gigabit n’est donc pas encore atteint avec les équipements intégrant l’actuelle mouture de la norme Wi-Fi ac quoique la quatrième version de son brouillon ait déjà été ratifiée par l’IEEE.

D’ailleurs, les machines compatibles avec le 802.11ac sont encore rares pour le moment. En particulier, les nouveaux produits Apple, dont le MacBook Pro Retina, ne supportent pas encore cette norme.

Des puces Broadcom Wi-Fi 802.11ac pour les tablettes, les smartphones et les ordinateurs

On peut dire que la norme Wi-Fi 802.11ac est maintenant bien lancée car la liste des puces compatibles pour les tablettes, les smartphones et les ordinateurs commencent à s’allonger.

C’est l’industriel Broadcom qui a débuté les hostilités en présentant à Las Vegas au début de l’année le premier circuit intégré supportant le standard Wi-Fi ac.

Il a aussi annoncé récemment que sa puce BCM4335, compatible 802.11ac et pouvant équiper des terminaux mobiles comme les smartphones et les tablettes, allait être fabriquée à grande échelle.

Il faut cependant compter 6 mois à un an avant la sortie des premiers équipements dotés de la puce. Mais cela n’est pas suffisant, il ne faut pas non plus oublier de s’équiper en matériels réseaux compatibles avec le Wi-Fi 802.11ac (routeur,  etc.) pour vraiment bénéficier du sans fil à très haut débit.

Cette puce produite par Broadcom est rétrocompatible avec la norme Wi-Fi actuelle qui est le 802.11n. Elle fonctionne en effet dans la bande des 5 GHz ce qui la rend plus facilement adaptable pour les fabricants d’équipements réseaux.

A part la gestion du Wi-Fi, cette puce Broadcom comporte aussi la fonction Bluetooth 4.0 et un tuner FM.

L’itinérance Wi-Fi profitera à la norme IEEE 802.11ac

Le basculement vers une connexion Wi-Fi permet de résoudre les éventuels problèmes de connexion au réseau mobile qui peuvent quelques fois apparaitre.

Cela permet aussi d’alléger le trafic réseau d’autant plus qu’une connexion Wi-Fi s’avère plus rapide qu’une connexion cellulaire. Cette technologie sans-fil est en outre plus économique quand on ne dispose pas d’un forfait Data illimité.

 

Aussi, pour pouvoir profiter pleinement de tous ces avantages partout et à tout moment où un hotspot est disponible, la Wi-Fi Alliance a développé un programme de certification dénommé Passpoint.

Ce dernier permet de basculer automatiquement d’un point d’accès à un autre sans la nécessité de se ré-authentifier à chaque fois. Avec Passpoint, une première connexion suffit en effet pour accéder avec transparence à tous les réseaux Wi-Fi répondant à cette certification.

Ce programme repose sur la collaboration des constructeurs et des fournisseurs de service, le respect des spécifications de la norme hotspot 2.0 ainsi que la disponibilité de produits certifiés (points d’accès, routeurs, contrôleurs).

D’ailleurs, des tests sur l’itinérance Wi-Fi sont programmés vers le quatrième trimestre de cette année sous l’égide de la Wi-Fi Alliance et de la Wireless Broadband Alliance ou WBA.

La norme IEEE 802.11ac qui est en cours de normalisation est actuellement la plus performante des technologies Wi-Fi. Si les tests d’itinérance à venir avec l’actuel standard s’avèrent concluants, l’introduction de la Wi-Fi ac dans les hotspots se fera certainement facilement car les 2 normes reposent sur les mêmes principes.

 

Convergence entre le Wi-Fi et la téléphonie mobile

La norme Wi-Fi et les standards de téléphonie mobile successifs ont chacun permis de se libérer du câble en offrant un réseau de transmission sans fil. La convergence entre les 2 technologies s’est donc avérée comme une évidence, son application la plus significative étant l’itinérance entre la 3G+ et le Wi-Fi.

Dans le même registre, la 4G et le standard IEEE 802.11ac sont les plus récentes évolutions des technologies des réseaux mobiles et leur convergence est aussi évidemment très attendue.

Réservée aux abonnés mobiles souscrivant à un forfait spécifique, cette convergence permet de limiter la saturation du réseau téléphonique.

Pour bénéficier du service, il faut activer la fonctionnalité une première fois sur son smartphone ou sa tablette. Il est ensuite disponible à chaque fois qu’on passe à proximité d’un hotspot Wi-Fi appartenant à son opérateur téléphonique.

Néanmoins, certains réseaux Wi-Fi sont sécurisés et exigent la connaissance du mot de passe. Sinon, une perte du signal est inévitable quand on s’éloigne du hotspot.

La convergence entre le Wi-Fi et la 3G/4G repose sur le protocole d’authentification EAP-SIM ou Extensible Authentication Protocol for GSM Subscriber Identity Module et exige un terminal mobile compatible.

Par ailleurs, une norme hotspot 2.0 est en cours de test par la Wireless Broadband Alliance. Cette entité a comme objectif la multiplication par 4 du nombre des hotspots Wi-Fi d’ici 2015.

Protocole et norme intervenant dans la convergence entre la 3G/4G et le Wi-Fi

Les opérateurs de téléphonie misent de plus en plus sur l’itinérance entre le réseau 3G/4G et le Wi-Fi pour améliorer leur service. La connexion au réseau sans fil communautaire de l’opérateur s’effectue dans ce cas grâce à un système d’authentification centralisée qui utilise les informations contenues dans la carte SIM du terminal mobile.

Néanmoins, plusieurs éléments peuvent entraver le bon fonctionnement de ce mécanisme.

Il faut tout d’abord être en possession d’un terminal qui prend en charge le protocole EAP-SIM. Des différences existent en effet entre les terminaux en fonction de leurs systèmes d’exploitation.

Ainsi, l’iPhone 4 et le modèle 4S qui sont sous iOS 5 détectent automatiquement les réseaux Wi-Fi alors que les produits Apple équipés des anciennes versions de l’iOS doivent être paramétrés manuellement.

Le BlackBerry embarquant la dernière version de son système d’exploitation prend aussi en charge l’EAP-SIM. De la même manière, les téléphones Androïd ne sont pas tous compatibles avec cette technologie.

Par ailleurs, plusieurs normes Wi-Fi cohabitent actuellement. En particulier, le standard IEEE 802.11ac n’a pas encore été officiellement ratifié par la Wi-Fi Alliance alors qu’il est parmi les plus prometteurs en termes de débit.

Des routeurs, des points d’accès et des clés USB embarquant la dernière norme Wi-Fi sont d’ailleurs déjà disponibles. En revanche, les terminaux compatibles sont encore rares.

Les meilleurs arguments pour adopter la norme Wi-Fi 802.11ac

 

Le Wi-Fi est actuellement un standard presque incontournable. Il se trouve intégré dans la plupart des terminaux mobiles tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables et est disponible à chaque fois qu’on passe à proximité d’un hotspot.

Les infrastructures filaires commencent à être délaissées au profit des dispositifs sans fil. En effet, les industriels proposent maintenant beaucoup plus d’équipements Wi-Fi.

Ces derniers favorisent la mobilité qui constitue actuellement une des caractéristiques les plus recherchées par les consommateurs lorsqu’ils achètent des articles informatiques ou des équipements électroniques grand public.

Sa dernière version, la norme IEEE 802.11ac, est d’ailleurs en passe de connaître le même succès que ses prédécesseurs.

Le 802.11ac est la plus performante des normes Wi-Fi qui se sont succédé à plus d’un titre. Ce nouveau standard Wi-Fi offre des débits plus élevés, prend en charge le protocole DLNA et possède une meilleure résistance aux interférences.

La norme Wi-Fi 802.11ac est aussi rétrocompatible jusqu’au 802.11b et intègre une implémentation du système de chiffrement WPS. Par ailleurs, les chipsets compatibles Wi-Fi ac, dont notamment la puce BCM 4335 de Broadcom, sont plus économes en énergie. Ils sont en effet dotés d’un système de coupure automatique du réseau en fin de transfert.

Ces différents avantages incitent les fabricants d’équipements réseaux et articles électroniques grand public à adopter la nouvelle norme Wi-Fi.

Apple en particulier pourrait intégrer le 802.11ac dans ses prochains produits. En effet, Broadcom est déjà le fournisseur attitré de la marque pour ses modules Wi-Fi alors que c’est le constructeur le plus actif dans la production de puces Wi-Fi compatibles avec la norme 802.11ac.